Elles se regardaient, comme à l’habitude.

Mais pourtant rien n’était plus pareil. Une ambiance électrique, sensuelle, charnelle régnait dans la pièce. Un courant que tous pouvaient sentir vibrer, et en apprécier l’intensité et la chaleur qui s’en dégageait malgré la kyrielle d’individus qui était rassemblées ce samedi soir-là.

Un verre à la main, Vanessa était assise sur le sofa moelleux et confortable qui avait éveillée chez elle la veille sa porte d’entrée vers le paradis. Elle se sentait comme dans une bulle à ce moment précis, et peu importe ce que son ami étant en train de lui raconter juste à côté d’elle, elle n’en avait que faire ; elle se perdait dans le regard ardent et terriblement sexy de sa douce conquête. Ses yeux, ces yeux…D’un brun sombre et mystérieux, ils étaient comme de l’or en fusion : chaud, dangereux et surtout remplis de promesses de volupté. Elle ne put s’empêcher de ressentir un doux frisson lui parcourir l’échine en se remémorant les prouesses de la veille. Une insidieuse chaleur se libéra tranquillement dans son bas-ventre alors que sa tendre lui caressa la peau de l’autre bout de la pièce de son regard ardent.

C’était le soir, vers 19h30. Comme à l’habitude, le vendredi soir, les deux amies se rassemblaient afin de partager un repas et du bon temps. Elles venaient de se partager un copieux festin de crevettes et de frites et alors qu’elles parlaient tranquillement avec une coupe de vin à la main, Vanessa ne put s’empêcher de glisser un commentaire empreint de concupiscence à sa délicieuse amie.

     -À ce qu’il parait, c’est un puissant aphrodisiaque les crevettes, glissa-t-elle vicieusement tout en effleurant tendrement de son pied la jambe de sa confidente.

Il n’en fallu pas plus pour éveiller le désir et créer un courant électrique entre les deux filles. Ça faisait déjà un bon moment que Vanessa avait un œil sur son amie, mais elle n’avait jamais assumée ses sentiments. Peut-être est-ce le vin qui l’avait enfin poussé à se laisser aller…

La belle Hannah déposa alors sa main sur celle de Vanessa, puis lui caressa le dos de la main avec son pouce par de lents mouvements circulaires. Elle la regardait avec une sorte d’appréhension dans les yeux, mêlée avec une étincelle aguicheuse. Elle semblait mener une lutte intérieure avec ses sentiments …

 Vanessa, excitée à la perspective que son amie soit elle aussi attirée par elle, ne put se contenir plus longtemps ; elle rêvait de ce moment depuis si longtemps… Elle s’approcha lentement, doucement vers la bouche de son amie et, dans un ultime moment de courage et d’assurance, déposa ses lèvres sur celles d’Hannah. Elles étaient douces, fermes et pleines, et elle put sentir une délicieuse odeur de cerise se mélanger à l’ardent désir qui s’éveillait en elle. Leur baiser fut d’abord poli, timide, puis fut de plus en plus passionné et sensuel. Hannah lui rendit son baiser avec encore plus de ferveur, puis de ses deux mains saisit la tête de Vanessa pour se rapprocher encore plus d’elle. Elle glissa doucement sa langue dans la bouche de son amie, et explora avec gentillesse ce nouvel univers. Hannah se délecta du délicieux arôme de son amie, elle avait une haleine fraîche, sucrée et exaltante.

Sans interrompre leur baiser, Hannah se leva de table puis se mis à califourchon sur son amie, passa ses bras autours de son cou, ses mains dans les cheveux de Vanessa puis les empoigna fermement pour lui renverser la tête vers l’arrière. Cette dernière laissa échapper un grognement rauque, signe de son excitation à peine contenue. Elle prit dans ses mains les fesses charnue et si pulpeuse d’Hannah et les agrippa avec férocité afin de rapprocher son corps du sien. Elle senti les hanches de son amie faire d’irrépressibles mouvements de va-et-vient alors que cette dernière avait entrepris de lui lécher et de lui mordiller le cou, entrecoupé par de petits baisers ici et là.

Hannah s’éloigna le visage du corps de Vanessa un instant, puis pris l’une des mains de cette dernière qui empoignait ses fesses pour la guider vers ses seins. Vanessa, hypnotisée par son mouvement, se laissa guider par la main de son amie. Elle fut commandée par Hannah de lui titiller les tétons à travers ses vêtements, ce qu’elle fit avec plaisir. Alors qu’elle se mise à la tâche de tâter, pincer et aguicher les petits seins fermes d’Hannah, celle-ci ferma les yeux puis savoura le moment. De ses deux mains, Vanessa saisit le bas de la petite camisole noire de son amie puis lui releva au-dessus de la tête pour lui retirer. Elle prit une minute pour admirer ce qu’elle avait sous les yeux. Hannah était plus sexy que jamais, en soutien-gorge noir avec de délicats motifs en dentelle qui venait orner avec élégance et raffinement sa douce peau de velours et mettait ses seins en valeur. On pouvait voir à travers le léger tissu de son sous-vêtement ses tétons bien durs qui n’attendaient qu’à se retrouver entre les dents de Vanessa. De ses deux mains, elle parcourut le corps de son amie en commençant par les hanches, puis remonta tranquillement. Vanessa remonta les yeux pour plonger son regard dans celui d’Hannah. Elle avait un regard de braise, à la fois lascif et dangereux.

D’un œil pétillant, Hannah se releva et pris son amie par la main pour l’aider à se relever de sa chaise, puis aussitôt se jeta à sa bouche afin de poursuivre leur baiser. Alors que Vanessa voulu continuer de parcourir le corps enivrant d’Hannah de ses mains, celle-ci lui agrippa les deux poignets puis la plaqua contre le mur. Elle mit sa jambe entre celles de Vanessa puis appuya son bassin sur cette dernière pour l’empêcher de bouger. Elle la regardait d’un regard animal, sauvage et enfiévré. Elle relâcha ses poignets, pour se saisir de la petite blouse en soie bleue que Vanessa portait. Elle ouvrit violemment l’avant de la blouse, arrachant deux boutons au passage, puis constata avec satisfaction qu’elle était nue en-dessous. Ses seins, lourds et pleins, pointa de toute leur puissance vers Hannah. Cette dernière pris alors Vanessa par la gorge, puis serrant ni trop fort, ni trop doucement lui dit ce qui allait la faire littéralement liquéfier à chaque fois que ce souvenir allait lui revenir en tête :

- Nessie, je n’arrêterai pas jusqu’à ce que tes jambes tremblent puis que les voisins connaissent tous mon nom, murmura Hannah avec une petite voix salace dans le creux de l’oreille de Vanessa.

Hannah se pencha la tête vers les seins de Vanessa, puis donna sur ses tétons de vifs petits coups de langue. Elle les prit un par un dans sa bouche, puis les titilla avec ses dents, jusqu’à ce que Vanessa lâche des gémissements de plaisir. Elle ne pouvait plus tenir en place, la présence de la jambe d’Hannah entre ses jambes était le seul élément la tenant encore debout. Elle sentait son sexe douloureux, chaud et terriblement humide. Toutes les cellules de son corps réclamaient Hannah : sa peau était à vif, ses sens aux aguets et elle haletait tandis que son amie se besognait à chauffer de plus en plus son corps soumis à ses délicieuses tortures.

Elle s’éloigna soudainement de Vanessa, la prise tendrement par les hanches et recula avec elle jusqu’au sofa invitant qui se trouvait à quelques mètres derrières le duo tout en lui susurrant des paroles plus cochonnes les unes que les autres. Vanessa avait toujours du mal à tenir debout, elle était en nage, et son corps lui réclamait encore d’autres attentions de la merveilleuse Hannah. Une fois près du sofa, Hannah se plaça derrière Vanessa et, tirant ses cheveux par une main pour lui faire pencher la tête par en arrière, lui dévora le cou avec passion. Sa main libre se glissa doucement sous l’élastique de ses pantalons de jogging, puis plongea dans sa culotte jusque-, cette petite usine à plaisir qui s’impatientait d’être dûment châtié et comblé par les doigts habiles et experts d’Hannah.

Elle s’activa sur son bouton de plaisir en y décrivant de petits cercles avec ses doigts, tout en lui soumettant une pression ferme et délicieuse. Ses doigts glissèrent de temps en temps vers sa chatte, explorant sa moiteur et son excitation. Ce fut un véritable supplice pour Vanessa de s’empêcher de bouger lorsqu’Hannah lui ordonna. Celle-ci ne faisait que tourmenter d’avantage le corps déjà surchargé de sensations de son amie.  Elle ne pouvait plus se contenir. Elle réprima les mouvements incontrôlés de son bassin, puis son envie de se fondre dans Hannah afin d’absorber en elle toute cette excitation. Elle désira ardemment se faire empaler de ses doigts, et accéder à la bénédiction de cet orgasme qui la guettait de plus en plus irrépressiblement d’exploser.

Hannah relâcha les cheveux de sa complice, puis lui poussa gentiment dans le haut du dos afin de lui faire comprendre qu’elle devait se pencher vers l’avant et appuyer ses mains sur le dossier du sofa pour exposer son cul. Elle fit ensuite glisser d’un seul geste assuré ses pantalons et sa culotte, qui se retrouva au sol en un rien de temps. Vanessa enleva les vêtements de ses jambes pour les pousser plus loin dans la pièce, et regarda droit dans les yeux Hannah lorsque celle-ci se mise à quatre pattes entre ses jambes. Elle vit que son regard brun ardent était posé sur les reflets brillants que sa liqueur intime produisait sur ses lèvres entrouvertes. Elle vit dans son regard une gourmandise et une délectation qui lui fit parcourir un frisson de plaisir dans toutes les parties de son corps. Elle savait ce qui allait se passer maintenant, et elle se sentait sur le point de s’enflammer à tout moment tellement ce moment lui était d’un divin supplice. Cette douloureuse attente lui était insoutenable. Hannah détourna son regard de son intimité puis avec malice, regarda Vanessa en lui lançant un clin d’œil. Elle prit ensuite ses fesses entre ses mains pour les palper puis les écartèrent, et approcha sa bouche de son sexe pour le dévorer. Sa langue savante fit tournoyer son clitoris et monter en elle une vague incontrôlable et irrésistible de jouissance. Alors qu’elle s’affairait avec sa bouche sur son sexe, Vanessa gémissait de plus en plus fort. C’était maintenant clair, elle allait se consumer d’une minute à l’autre. Hannah stoppa net puis, prise par les hanches à nouveau, Vanessa fut tournoyée sur le sofa pour prendre une position assise. Hannah rapprocha Vanessa du bord du sofa, lui écarta les jambes avec tendresse et fermeté puis prit place pour continuer sa délicieuse torture sur son intimité. D’une main, elle enfila doucement deux doigts dans son sexe, en explora les parois par ses imperturbables va-et-vient, puis de l’autre main, elle saisit le sein droit de Vanessa pour le malaxer comme il le réclamait. Vanessa poussa plus fort son corps sur les doigts chevronnés d’Hannah, parce qu’elle adorait la fermeté avec laquelle cette dernière la baisait. Elle criait à présent son plaisir sans embarras, puis son corps ondulait au rythme des assauts incandescents d’Hannah. De son regard torride à faire enflammer la culotte de n’importe qui, Hannah plongea ses yeux dans le regard de Vanessa, puis avec une lueur de défi dans son regard, sorti ses doigts de la chatte de son amie pour les mettre dans sa bouche et les lécher avec appétit. Vanessa était comme hypnotisée par l’incroyable érotisme dans ses gestes. Elle était au bord du gouffre. Elle sentait la pression monter en elle, tout son corps n’était qu’un amas tendu de sensation cherchant désespérément à se libérer.

Sa complice enfila à nouveau ses doigts, puis elle senti dans son sexe le délicieux serrement de ses muscles, signe que son orgasme était sur le point d’éclater et de l’entraîner dans les abîmes les plus sombres du plaisir. Hannah la martela sans merci, ses va-et-vient étaient toujours de plus en plus puissants et torrides. Tout en continuant de se regarder dans les yeux, Hannah prit Vanessa par la gorge puis resserra sa prise, et lui lança un provocant sourire en coin à en faire baver. Vanessa sentait l’air quitter tranquillement ses poumons, elle suffoquait. Non par manque d’air, mais plutôt par un trop plein d’émotions. Elle était à son paroxysme de l’excitation, et s’en fut trop. Elle plongea de plein fouet dans un orgasme extrêmement violent, il lui semblait que chaque muscle de son corps produisait des secousses qui amplifiaient toujours de plus en plus son plaisir. Elle était parcourue de tellement de chocs électriques que s’en était presque insupportable, puis sa chatte se resserrait sur les doigts habiles d’Hannah qui continuait de la pilonner de façon impitoyable et délicieusement douloureuse. Vanessa criait sa passion et son plaisir, la tête rejetée par en arrière et les yeux clos. On entendait très clairement le nom d’Hannah à travers ses râles et ses gémissements, ce qui fut plus que satisfaisant pour cette dernière. Lorsque les secousses se calmèrent doucement, Hannah ralenti la cadence et se releva entre les jambes de son amie, puis vint l’embrasser passionnément, tendrement…

Elle fut soudain sortie de sa rêverie et brusquement ramenée à la réalité. Son ami qu’elle n’avait pas écouté un traître mot de ce qu’il lui racontait depuis le début de la soirée était en train de lui secouer le bras, lui demandant son opinion sur un sujet dont elle se moquait éperdument. Il semblait avoir compris qu’elle n’avait pas suivi la conversation et lui demandait vers quel monde imaginaire Vanessa était parti. Celle-ci rougit puis, détournant le regard de son ami comme pour lui cacher ce qu’il pourrait voir au fond de ses yeux, elle croisa à nouveau le regard d’Hannah à l’autre bout de la pièce. Les deux filles se regardèrent intensément pendant un instant qui parut une éternité, le temps semblait s’être figé. Tous les invités alentours semblaient bouger au ralenti, l’air devenait suffocante, électrique. Puis d’un mouvement à peine perceptible, Hannah pointa à Vanessa la direction de la salle de bain, avec un sourire salace et empreint de propositions obscènes. Elle se leva de la chaise qu’elle occupa puis se dirigea d’un pas assuré et sûre d’elle vers ce lieu de luxure.

Vanessa était hypnotisée par cette femme. Elle la regarda marcher un instant, savourant la vue de son magnifique corps se mouvoir à travers les invités, ses formes mises en valeur par l’exquise robe rouge écarlate qu’elle portait, puis elle la vit juste avant d’entrer dans la pièce lui lancer un dernier regard. C’était un regard de défi et de provocation…

Elle se retourna vers son ami, puis en fuyant son regard, la peau rougissante à l’idée de ce qui allait se passer dans les prochains instants, lui murmura ses excuses les plus bidons pour quitter et aller rejoindre sa douce geôlière. Puis, à cet instant précis, au moment même où elle allait se lever pour rejoindre la salle de bain et sa belle Hannah, elle vit dissimulés habilement dans les craques du sofa sa petite culotte noire clairement laissée intentionnellement par sa complice, et alors toutes les sensations de la veille devinrent tangibles dans son esprit, et son sexe devint moite et suppliant. Elle semblait la narguer, enflammer encore plus son désir de se faire baiser par sa confidente. Qu’allait-elle lui faire crier ce soir? Elle sut dès cet instant qu’elle était prisonnière, elle avait été ensorcelée par cette femme, son amie, sa maîtresse...et elle ferait n’importe quoi pour elle.